Comment bien choisir la puissance de mon panneau solaire ?

Peut-être êtes-vous tentés de vous lancer dans un savant calcul de la puissance d’un panneau solaire en autoconsommation ? Parce que…

Erwan Guiziou
puissance d'un panneau solaire

Peut-être êtes-vous tentés de vous lancer dans un savant calcul de la puissance d’un panneau solaire en autoconsommation ? Parce que capter l’énergie solaire, c’est bien, mais qu’établir une prévision de sa future production d’électricité, c’est mieux ! Alors, avant que votre toit se retrouve recouvert de panneaux solaires, faites une brève pause et passez par la case consommation énergétique. C’est bel et bien votre consommation quotidienne qui vous guidera dans le choix du type de panneau et de la puissance électrique dont vous avez besoin. Le rendement des panneaux dépendra de l’énergie du soleil que vous parvenez à capter grâce à leur orientation ! Pour le reste, un petit éclairage s’impose… Quelle puissance un panneau solaire en autoconsommation peut-il avoir ? Quels sont les différents types de panneaux solaires présents sur le marché ? Et revenons sur ce fameux calcul de la puissance d’un panneau solaire, pour estimer votre besoin !

Quelle est la puissance d’un panneau solaire au m2 ?

La puissance d’un panneau solaire au m2 est une donnée cruciale lorsqu’on doit déterminer l’énergie dont l’habitation aura besoin pour tendre vers l’autonomie. Un panneau solaire a une puissance différente selon sa capacité de production, son ensoleillement (attention aux ombres portées !) et son inclinaison. Évidemment, on n’est pas tous égaux face au rendement des panneaux selon qu’on soit à Lille, Rennes, Nantes ou Marseille ! Petite injustice météorologique mise à part, toutes les installations solaires s’alignent sur l’unité de puissance, exprimée en kiloWatt-crête (kWc) pour 1 m2. Histoire de loger tout le monde à la même enseigne ! Résultat des courses, 1 kWc produit entre 800 kiloWattheures (au nord) et 1400 kiloWattheures (au sud) par an. 

Lorsque vous avez connaissance de la puissance maximale d’un panneau, vous êtes capable de déterminer sa production de kWh par kWc. Basez-vous sur l’ensoleillement moyen à l’année de votre lieu de résidence et multipliez-le par la puissance maximale du panneau qui vous fait de l’œil. Vous obtiendrez une moyenne, à la hausse, du rendement de votre future installation. (Pour faire simple, ensoleillement x puissance = rendement.) Mais gardez en tête que les moyennes calculées sont basées sur des chiffres de rendement optimal. Or, dans la vie de tous les jours et en conditions réelles (« tiens, un petit nuage… »), vous perdez globalement 10 % de rendement

Les différents types de panneaux solaires

Vous voilà incollable sur la puissance d’un panneau solaire. Mais attention ! À surface égale, tous les panneaux ne se valent pas. On fera donc le distinguo entre les panneaux photovoltaïques mono et polycristallins.

Panneau solaire monocristallin

Dans la famille des panneaux solaires photovoltaïques, je demande… le panneau solaire monocristallin ! Il tire ses cellules d’un seul cristal de silicium, ce qui lui confère une homogénéité parfaite et sa couleur noire caractéristique. Des deux options photovoltaïques, c’est le panneau monocristallin qui a le meilleur rendement. Sur une surface réduite, c’est donc lui qu’il faudra privilégier.

Composition d’un panneau solaire monocristallin Beem

Panneau solaire polycristallin

Le panneau solaire polycristallin, à l’inverse de son proche cousin monocristallin, a des cellules faites d’une multitude de cristaux de silicium, d’où sa couleur bleutée. Son rendement est légèrement moindre, car sa production démarre plus tard en journée. Pour obtenir la même puissance, il vous faudra donc davantage de panneaux polycristallins et donc une surface disponible plus importante. Bon à savoir, le coût de fabrication de panneaux solaires, qu’ils soient mono ou polycristallins, n’a que peu de différence.

Panneau solaire thermique

Le panneau solaire thermique a, lui, un mode de fonctionnement radicalement différent. Il capte les rayons du soleil et vise à produire de l’eau chaude grâce à un fluide caloporteur placé sous ses plaques en métal. Les capteurs thermiques privilégiés pour les particuliers sont les capteurs plans vitrés (les fameuses plaques en métal) liés aux tubes où circule le fluide. La puissance d’un panneau solaire thermique au m2 se situe en moyenne entre 300 et 500 kWh par an.

Panneau solaire aérovoltaïque

Plus difficile à installer, à cause du dispositif d’acheminement de l’air qui vient sous la toiture, le panneau solaire aérovoltaïque restitue l’air chaud qu’il a capté. Gros inconvénient, son pic d’efficacité. Il se situe à la belle saison (forcément), c’est-à-dire lorsque vous avez le moins besoin de chauffer votre logement. Notez qu’il vous en coûtera 10 000 €, au minimum, pour une puissance de 3 kWc.

Quelle puissance choisir pour vos panneaux solaires selon vos besoins ?

Si votre objectif est de produire toute l’énergie dont vous avez besoin, le calcul est simple. La puissance du panneau dont vous aurez besoin dépendra de votre consommation annuelle et du rendement de votre future installation. Un panneau produit jusqu’à 350 watts-crête (Wc), mais son rendement en conditions réelles sera autour de 75 % de ce plafond. Donc, avec un tel panneau, vous produirez autour de 260 watts. Si la surface de toiture est un enjeu pour vous, il vous faudra prendre cette donnée en compte et opter pour les panneaux les plus puissants. 

En revanche, si vous cherchez à couvrir votre talon de consommation (en alimentant les appareils qui restent branchés en permanence) la question sera différente. Il s’agira de savoir combien de kits solaires feront l’affaire ! Un kit solaire Beem Energy produit entre 280 et 380 kWh par an selon les régions. Prenons par exemple une famille vivant à Niort. Sa production annuelle d’électricité grâce à un kit Beem (de quatre modules d’une puissance de 75 watts) installé plein sud et incliné à 30° est de 345 kWh. De quoi couvrir la consommation annuelle d’un réfrigérateur A+++, d’une box internet, de cinq ampoules LED et d’une chaîne Hi-Fi ! Tentant, pas vrai ? D’autant que le prix du kWh solaire coûtera à cette famille deux fois moins cher que le tarif réglementaire. Simple et efficace.


La puissance d’un panneau solaire varie généralement entre 300 et 350 Wc (mais certains vont jusqu’à 400 Wc !) Pour viser au plus juste, vous pouvez vous baser sur la puissance en NOCT (normal operating cell temperature) d’un panneau, plutôt que sur sa puissance crête. La puissance en NOCT mesure la puissance d’un panneau dans des conditions normales, proches du réel de ce qu’il va vivre au sein de votre jardin ! Bien sûr, il faudra prendre en compte les variations météo selon les saisons. Soyez sûrs de toujours produire l’électricité dont vous avez besoin avec certitude en optant pour les kits solaires Beem d’une puissance de 300 watts. Pour plus de précision, faites l’estimation de vos besoins grâce au simulateur Beem Energy !