Isolation

Adopter la toiture végétalisée pour un habitat écologique

Pourquoi y a-t-il de l’herbe sur les toits en Norvège ? En voilà une question qu’elle est bonne ! Ce n’est pas…

Nicolas Deborde
toiture-vegetalisee

Pourquoi y a-t-il de l’herbe sur les toits en Norvège ? En voilà une question qu’elle est bonne ! Ce n’est pas uniquement pour se fondre dans le paysage ou faire joli, non. D’ailleurs, on peut y voir fleurir autre chose que des brins d’herbe : des plantes grasses ou des plantes aromatiques et même des arbustes ! La végétalisation du toit cumule les avantages et, à l’instar des pays du Nord, la France est bien décidée à verdir ses toits. Très utile dans les villes où elle fait revenir peu à peu la biodiversité, la toiture végétale aide aussi à faire face aux intempéries de façon ingénieuse. Elle est capable d’optimiser n’importe quel bâtiment, qu’il s’agisse d’une toiture végétalisée en pente ou d’une toiture plate végétalisée… Une bonne excuse pour mettre un peu de verdure ailleurs qu’au jardin ou en terrasse ! Mais, qu’est-ce qu’une toiture végétalisée au juste, et quel est l’intérêt d’un toit végétalisé ? On fait le point sur cet atout  indéniable de tout habitat écologique. 

La toiture végétalisée, qu’est-ce que c’est exactement ?

Sans détour, c’est un toit sur lequel on a fait pousser de la végétation. Mais ça mérite bien quelques explications ! 

Le principe de la toiture végétale

La toiture végétalisée est une paroi, plane ou pentue, qui a eu droit à un petit verdissement bien pensé. Elle se compose d’un substrat drainant, qui aide à évacuer l’eau de pluie, et de diverses plantes. On vous voit sourciller, mais rassurez-vous : non, tout ça n’atterrit pas directement sur la toiture ! Le toit est d’abord imperméabilisé grâce à une paroi posée sur un isolant, lui-même protégé de la compression des racines par une membrane spécifique. Toiture végétalisée et étanchéité font donc parfaitement bon ménage ! Comme n’importe quelle toiture classique, cette toiture parée de verdure a pour objectif premier de protéger l’habitation qu’elle vient couvrir. Vous êtes donc isolés du vent, de la pluie, du froid, mais aussi des UV et de la chaleur. Il existe aujourd’hui des systèmes faciles à poser, comme les caissons emboîtables ou les tapis de sedum précultivés : pratique ! 

Un cran plus loin : la toiture énergétique

Prenez une toiture végétalisée, ajoutez-lui des panneaux solaires photovoltaïques et vous obtenez… une toiture énergétique ! Non seulement elle participe activement à renforcer la biodiversité, mais en plus elle produit de l’électricité verte et locale ! Comme n’importe quel toit capable de produire de l’énergie à partir du soleil, la toiture énergétique fait la part belle aux renouvelables. Pour un rendu esthétique et utile, cumulez toiture végétalisée et un kit solaire Beem en façade. Votre habitation aura tout d’un « éco-logis » agréable à l’œil et capable de réduire vos dépenses énergétiques ! 

Comment installer un toit végétal ?

Idéalement, la toiture aura un angle compris entre 1 et 45 degrés. On aidera au maintien de la couche végétale à partir de 35 degrés. Le drainage se fera tout seul, l’eau de pluie ruisselant comme sur la tuile ou l’ardoise. À ce détail près que la toiture végétalisée permet de ralentir le débit de l’eau, qui ne se retrouve plus à former de mini torrents dans la gouttière !  Si le toit est parfaitement plat, il faudra opter pour un drainage mécanique. Car peu de plantes apprécient d’avoir les pieds dans l’eau en permanence et que les plantes grasses aiment avoir les racines dans un sol bien drainé. Ensuite, à vous de voir quel type de toit végétal est fait pour vous !

La toiture végétalisée extensive 

Elle n’a besoin d’aucun arrosage, mais on veillera à retirer les mauvaises herbes (et les arbrisseaux qui auraient pris racine sans qu’on les y invite !) lors de l’entretien. C’est une toiture légère qui s’adapte à de nombreux toits, mais sur laquelle vous n’irez pas vous balader, même si le toit est plat !

La toiture végétalisée intensive

Elle permet la culture d’arbustes et d’arbres. Elle demande un système d’arrosage et un entretien poussé. C’est un vrai jardin de toit ! Il vous est accessible (pour l’entretien, mais aussi pour en profiter), sa pente devra donc être limitée (pas plus de 5 degrés). De même, le bâtiment qui l’accueillera devra être en mesure de supporter son poids, grâce à un toit en béton. 

Quelles plantes choisir sur une toiture végétalisée ?

Selon le substrat et votre zone géographique, plusieurs options de plants s’offrent à vous. Du simple gazon (on en revient aux maisons norvégiennes !) aux succulentes, en passant par les plantes arbustives ! L’avantage des succulentes, ces fameuses plantes grasses qui composent les toitures sedum, c’est qu’elles stockent l’eau de pluie et supportent assez bien la sécheresse. Mais rien ne vous empêche d’opter pour du thym, des alliums, de la ciboulette, des œillets ou des fleurs de champs. 

L’entretien d’une toiture végétalisée

On ne va pas se voiler la face, lorsqu’on décide d’aménager un bout de jardin sur son toit, l’entretien se fait en conséquence… Il faudra donc vérifier une à deux fois par an qu’il est toujours bien étanche et que les voies d’évacuation d’eau ne sont pas obstruées. Comme au jardin, vous remplacerez les plantes mortes par de nouvelles plantations, pour veiller à ce que la toiture végétalisée recouvre toujours bien l’ensemble. Il faudra combler les éventuels trous ! Si plantation et fertilisation ne sont pas vos domaines de prédilection, vous n’hésiterez pas à confier la tâche à un professionnel. Surtout si la toiture est très pentue ou pas facile d’accès. 

Toit végétalisé entre avantages et inconvénients

La toiture végétalisée est une aide précieuse à la biodiversité, surtout dans les villes où elle fait parfois cruellement défaut. Elle crée un espace vert bienvenu dans les centres urbains, et il est possible de lui associer des ruches ! Capable de fixer les pollens et autres particules, le toit végétalisé a une excellente durée dans le temps, une étanchéité sans failles et une isolation acoustique renforcée. Si vous êtes en pleine réflexion sur votre isolation et les travaux à envisager, c’est clairement une option ! Pourquoi ? Parce que la toiture végétalisée permet de faire de belles économies d’énergie, grâce à son fort pouvoir d’isolation thermique. En zone rurale, ce type de toiture permet au bâtiment de disparaître dans le paysage… ou presque. En tous cas, il s’y fond plus facilement pour un rendu plus cohérent ! 

Ses inconvénients sont peu nombreux, mais ils existent…  L’entretien arrive en bonne position et vous demandera pas mal d’efforts (ou un petit budget, si vous le confiez à un tiers). Autre inconvénient, mais non des moindres, les soucis d’étanchéité ne sont pas inévitables et les zones de fuites plus difficiles à repérer que sur une toiture classique. 
Le prix d’une toiture végétalisée varie selon les mètres carrés à recouvrir et le type de toiture envisagé (extensive ou intensive). Comptez entre 30 et 100 € du m2 pour une toiture extensive, et jusqu’à 300 € du m2 pour une toiture intensive. Voilà ! Vous savez tout de la toiture végétalisée ! Ses atouts sont particulièrement séduisants, d’autant qu’elle participe activement à la transition énergétique. Surtout si vous y ajoutez des panneaux photovoltaïques, qui en feront une toiture énergétique ! Et, autant on n’est pas experts en plantes sedum… autant le solaire n’a plus de secrets pour Beem et son équipe passionnée ! Une question, un doute sur la faisabilité de votre projet ? Contactez-nous sans hésiter, toute la team se fera un plaisir de se mettre en quatre pour rendre viable votre projet solaire (et design, s’il vous plaît) !