COP 27, entre frustrations et soulagement

La COP 27 s’est tenue à Charm el-Cheikh en Égypte, du 6 au 18 novembre 2022, et a rassemblé la bagatelle de 200 pays.

Nicolas Deborde
cop27-bilan

La COP 27 s’est tenue à Charm el-Cheikh en Égypte, du 6 au 18 novembre 2022, et a rassemblé la bagatelle de 200 pays. Toutes ces délégations se rassemblent annuellement pour trouver accords et solutions, afin de freiner la courbe du réchauffement climatique qui s’emballe depuis des années. L’enjeu commun ? Réduire les émissions carbone. Cette année, le sujet central a été de s’accorder mondialement sur une aide aux pays vulnérables, frappés de plein fouet par le dérèglement du climat. Deux semaines de négociations intenses auront à peine suffi pour parvenir à un accord à l’arraché, applaudi le dimanche 20 novembre. Quelles sont les autres avancées ? Et que faut-il retenir de cette 27e Conférence des parties ? On fait le point.

La conférence pour le climat offre un accord inédit

L’enjeu était crucial. Il s’agissait, pour les pays du Sud (les plus exposés au dérèglement, et donc les plus impactés), d’obtenir une aide financière des pays du Nord. Cette compensation venant en réparation des pertes et dommages déjà subis. Et ils sont nombreux : sécheresse et tarissement des ressources en eau, tempêtes… Les États se sont donc accordés à multiplier les sources de transfert aux pays en voie de développement et à la création d’un fonds spécial. C’est un accord in extremis, arrivé au terme de quinze jours denses, certes. Mais un accord historique tout de même ! Cela dit, il reste à en clarifier les détails : quels pays contribueront et quelles en seront les règles d’accès ? Des points cruciaux qui seront peaufinés dès l’année prochaine pour pouvoir acter ce fonds spécial, de « pertes et préjudices ». Pour Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, c’est « un petit pas », annonciateur d’une solidarité future mieux encadrée. Pour le président égyptien, Sameh Choukri, la mission est remplie. Même s’il admet que « Cela n’a pas été facile ». 

Les avancées de la COP 27

L’objectif des 1,5°C né de l’Accord de Paris semble, quant à lui, ne pas avoir trouvé beaucoup d’écho… Un objectif réaffirmé à chaque conférence climatique, mais jamais acté pour autant. Maintenir la température mondiale à une augmentation de 1,5°C est un enjeu qui n’a pas alimenté les débats. En cause ? Les énergies fossiles, passées sous silence de cette COP 27 et n’apparaissant même pas dans l’accord final. Aucune mention. Rien. C’est une frustration et un grand étonnement que certains attribuent à la présence sur place de lobbys industriels.

Cette 27e conférence des parties a tout de même ses avancées. Côté français, on retiendra une prise en compte des risques climatiques et des aides annoncées aux pays vulnérables. Mais aussi la préservation des réserves vitales de carbone et de biodiversité, que sont les mangroves ou les forêts anciennes, entre autres. Avancée également au sujet des fonds marins, avec le soutien de la France qui se positionne contre l’interdiction de toute exploitation de ces fonds océaniques. Et une annonce : 1 milliard d’euros visant à aider l’Afrique du Sud à sortir du charbon

Globalement, c’est un bilan en demi-teinte. Avec un appel à la réduction rapide des émissions de gaz à effet de serre, mais sans trajectoire claire et sans réels efforts fournis par les principaux émetteurs. Ce qui déçoit l’Union européenne, qui ne s’en est pas cachée. L’objectif des 1,5°C semble difficilement tenable par les pays signataires de l’accord sur les émissions… qui estiment le monde actuel sur une trajectoire à +2,8°C. Avec les conséquences dramatiques que ce réchauffement implique et les impacts qu’on lui connaît déjà. Certains points restent donc volontairement en suspens, les détails devant être revus lors de la prochaine COP, prévue fin 2023. Un point positif cela dit, le développement des énergies renouvelables fait son entrée dans les accords, grâce à une mention inédite ! 
Vous souhaitez, à votre échelle, vous distanciez des énergies fossiles et alimenter votre foyer grâce à une énergie renouvelable ? Optez pour le solaire, que l’équipe de Beem Energy s’est engagée à démocratiser afin que ses effets positifs soient partagés avec le plus grand nombre. Et ça fonctionne : plus de 3500 kits solaires sont déjà installés dans l’Hexagone, une production globale qui a atteint le mégawatt cette année !